IMPLANTS
Il s’agit d’une racine artificielle sous forme de vis en titane placée dans l’os de la mâchoire, servant de support à une couronne, un bridge ou une prothèse amovible.
Un implant peut être mis en place, soit immédiatement après l’extraction d’une dent, soit après la cicatrisation de l’os et de la gencive.
L’acte chirurgical est souvent simple et peu douloureux. Il se fait sous anesthésie locale comme pour le traitement d’une carie.
La prothèse définitive est réalisée après la solidification de l’os autour de l’implant (= osteointégration). Dans certaines conditions, une prothèse provisoire peut être mise en place immédiatement après la pose de l’implant.
Pour poser un implant, il faut que le volume et la qualité de l’os de la mâchoire soient suffisants. Ces paramètres sont généralement évalués à l’aide d’un scanner. Cependant il est aussi possible d’augmenter le volume osseux à l’aide d’une greffe osseuse. Il est également important que les dents voisines et la gencive soient saines. Voir aussi : Les greffes osseuses pré-implantaires

 

Les contre-indications absolues sont rares : il s’agit principalement d’irradiation de la face, ou de haut risque d’endocardite infectieuse (infection d’une valve du cœur par des bactéries de la bouche).
Les contre-indications relatives sont plus fréquentes : mauvaise hygiène, tabac, diabète non équilibré…
La mise en place chirurgicale des implants peut paraître impressionnante. Il s’agit pourtant d’une intervention relativement rapide dont les suites se déroulent très bien, dans la grande majorité des cas.
Une anesthésie locale est réalisée. Le passage successif de forets de différents diamètres permet de préparer le logement dans lequel l’implant est ensuite mis en place.
Différents cas : 1 dent, plusieurs dents ou toutes les dents
Une solution, reconnue dans le monde entier, permettant la pose d’une prothèse fixe en une seule journée.
Ce procédé permet au patient de ressortir du cabinet médical dans la journée avec un bridge fiable et d’une longévité optimale.
En pratique, le patient dans la même journée, passe par une opération chirurgicale d’édentement suivie de la pose d’implants postérieurs inclinés.

Ces implants permettent un support prothétique parfait pour un bridge en résine chémopolymérisable sous haute pression qui sera réalisé puis mis en bouche quelques heures à peine après l’intervention chirurgicale.

1 – Pour que la cicatrisation se déroule dans les meilleures conditions possibles, veillez à bien respecter vos prescriptions et les conseils post-opératoires qui vous sont donnés.

2 – La vitesse et la qualité de la cicatrisation dépendent beaucoup de la propreté du site opératoire.

3 – Adopter une hygiène buccale rigoureuse est indispensable pour la bonne intégration des implants dans l’os de votre mâchoire.
4 – Dans de rares cas, l’implant peut être rejeté. Un nouvel implant peut alors être mis en place, immédiatement ou quelque temps après.

Après la pose d’un implant dentaire, les suites opératoires (gêne, hématome, douleur éventuelle) sont bien maîtrisées et prises en charge de manière adaptée à chacun.

Après la mise en place d’implants, diverses réactions peuvent apparaître :
  • Une douleur : elle dépend principalement de l’importance de l’intervention, c’est-à-dire du nombre d’implants posés dans la séance. La douleur post-opératoire est très variable d’une personne à une autre. De façon générale, pour la mise en place de 1 ou 2 implants, la douleur est nulle ou faible. Pour des interventions plus importantes, une gêne supplémentaire est à prévoir pendant quelques jours.
  • Un œdème : il s’agit d’un gonflement de la gencive et de la joue lié à la réaction inflammatoire qui suit toute intervention chirurgicale. Il est souvent présent de façon très légère. Dans certains cas, il peut s’avérer plus important.
  • Un hématome : il est dû à un saignement interne qui persiste de façon transitoire après l’intervention et survient occasionnellement. Lorsqu’il est étendu, il peut paraître impressionnant mais il est rarement inquiétant.
Lorsque ces suites opératoires vous semblent supérieures aux prévisions de votre chirurgien-dentiste, n’hésitez pas à le lui signaler rapidement afin de détecter une éventuelle complication.
Comme pour les dents, une hygiène rigoureuse et un suivi régulier sont nécessaires pour le maintien en bonne santé des implants dentaires.

 

Prévention des complications
  • La prévention des complications infectieuses passe par un nettoyage minutieux de la jonction gencive/implant. Ce nettoyage doit être fait au moins deux fois par jour avec un brossage minutieux conjuguant la brosse à dent et des instruments de nettoyage inter-dentaire (fil dentaire ou brossette inter-dentaire). Ce nettoyage doit être associé à un nettoyage professionnel par le chirurgien-dentiste, une ou plusieurs fois par an en fonction des recommandations du cabinet.
  • La prévention des complications mécaniques passe par un contrôle régulier de l’occlusion, c’est-à-dire par le réglage minutieux des contacts entre les dents. Ces ajustements sont réalisés au cabinet avec de légers meulages des dents ou des prothèses implantaires.
Pour aider l’os à se régénérer il est nécessaire de l’aider et de le guider à l’aide de matériau de comblement.

Il existe différentes familles de matériau pour régénérer l’os. Le choix sera fait par le praticien en fonction de la situation clinique.
L’os du patient 
  •  On peut utiliser de l’os issu du patient lui-même. Cet os peut être utilisé sous forme de bloc ou broyé en copeaux.
  •  Les sites de prélèvement sont le menton et l’angle de la mâchoire inférieure en arrière des molaires.
  •  Les sites extra-oraux (crâne, hanche et tibia) sont réservés aux cas extrêmes.
L’os d’origine humaine 
  •  L’utilisation d’os prélevé sur cadavre est interdite en France.
  •  L’os d’origine humaine est récupéré à partir de têtes de fémur qui sont collectés chez des patients ayant besoin de prothèses de hanche.
  •  Cet os est traité, déprotéinisé et lyophilisé par des laboratoires agréés.
L’os d’origine animale
  •  Os d’origine coraline, bovine, porcine, ou équine.
  • De la même manière, l’os est récupéré et traité.
L’os d’origine synthétique
  •  Il est obtenu par mélange de phosphate et de calcium.
  • Il est exclusivement synthétique.

A retenir

  •  Il existe différents types de matériau de comblement en fonction des situations cliniques.
  • Le choix entre ces différents matériaux se fera d’un commun accord entre votre chirurgien dentiste et vous.
VOIR TOUS LES SERVICES